Apprendre à bien respirer

A priori, respirer est un réflexe inné qui ne nécessite aucun apprentissage. La réalité est toute autre. Car si le mécanisme de la respiration se fait de manière inconsciente la plupart du temps, il arrive parfois que le stress, l'anxiété, la panique ou même une joie intense ou encore une grande frayeur viennent perturber ce processus naturel. Résultat : on s'essoufle, on suffoque, l'inspiration ou l'expiration deviennent difficiles voire douloureuses. Pourtant, il existe des solutions pour apprendre à bien respirer.
Plongeons ensemble au coeur de notre respiration.

Chiffres moyens observés pour un adulte en bonne santé

Comment respire t'on ?

Le mécanisme respiratoire est basé sur le mouvement du diaphragme. C'est une membrane de cartilage qui sépare le ventre de la cage thoracique.
La tendance naturelle (on rentre le ventre, on bombe le torse) est de respirer avec le haut de la poitrine : on épanouit la cage thoracique et on remonte les épaules. Ceci a pour effet de remonter le diaphragme vers le haut.
Une réaction de stress ou d'anxiété est une réaction involontaire, déclenchée par notre inconscient. Il n'y a pas, en général, une vraie menace pour notre survie, mais les anciens réflexes prennent le dessus et nous commençons inconsciemment à nous crisper et à stresser. En conséquence, on empêche les tissus de bien s'oxygéner.
Si nous prenons le contrôle de notre respiration, d'une part nous allons neutraliser certains réflexes de survie (respiration accélérée pour se préparer à se battre ou à s'enfuir) et d'autre part, nous allons communiquer à notre inconscient que nous maîtrisons la situation.

La respiration consciente est donc une porte pour communiquer avec notre inconscient.

Les bienfaits de la respiration abdominale

La respiration abdominale consiste à gonfler le ventre au lieu de gonfler la poitrine. Elle se fait en plusieurs étapes.

Dans un premier temps, on pousse l'inspiration vers le bas ce qui a pour effet de descendre le diaphragme. L'augmentation du volume de la cage thoracique est alors sensible. Cela permet d'inspirer une plus grande quantité d'air et donc une meilleure oxygénation. Avec moins d'effort, on utilise une plus grande partie de nos poumons. Dans ce type de respiration, les épaules, qui ont tendance à se crisper naturellement en situation de stress, se relâchent. On est plus disposé à respirer à pleins poumons. Il est important de prendre conscience de sa respiration. Cela permet par exemple de maîtriser son stress.

Inspiration : le ventre gonfle

Expiration : le ventre dégonfle

  • Deux techniques existent :
    - Ralentir sa respiration en pratiquant une respiration abdominale : inspiration au maximum, expiration en vidant à fond les poumons.
    - Fractionner sa respiration par paliers : inspirer un peu, bloquer quelques instants, inspirer un peu plus, bloquer, expirer...

Pour conclure, faire redescendre la respiration dans le ventre et respirer sur un cycle ample, lent et contrôlé permet une meilleure oxygénation.