Les facteurs de risque cardiovasculaire

Les maladies cardiovasculaires désignent les pathologies qui touchent le cœur et les vaisseaux sanguins. Elles sont aujourd'hui la première cause de mortalité dans les pays développés (en France, un tiers du total des décès). Elles résultent de plusieurs facteurs, mais les habitudes alimentaires et l'hygiène de vie jouent un rôle primordial. Certains facteurs de risque ne sont pas modifiables et sont indépendants de notre comportement comme l'âge, le sexe et l'hérédité. Ceci étant, les plus importants, c'est-à-dire l'alimentation, la sédentarité et le tabac, dépendent de notre mode de vie.

L'alimentation

Notre taux de cholestérol n'est pas uniquement lié à la quantité de graisses ingérées, mais aussi à leur qualité. Les graisses de l'alimentation sont principalement constituées d'acides gras qui sont de trois sortes : les acides gras saturés, les monoinsaturés et les polyinsaturés. Le principe du régime équilibré consiste à réduire l'absorption de graisses saturées, qui favorisent la formation du mauvais cholestérol. Les acides gras monoinsaturés sont neutres : huile d'arachide, huile d'olive… Les acides gras polyinsaturés sont protecteurs et se trouvent dans certaines graisses végétales (huiles de maïs, soja, tournesol, colza et noix) et dans les huiles de poisson. Ils augmentent le taux du HDL cholestérol, c'est-à-dire de ""bon cholestérol"", qui est une forme particulière de cholestérol favorisant son élimination de l'organisme.

La sédentarité

La sédentarité se caractérise par la réduction progressive de l'effort physique dans la plupart de nos actes quotidiens : activités professionnelles ou domestiques, déplacements, loisirs… Sans effort physique régulier, le muscle cardiaque perd sa puissance de contraction. Il renvoie de moins en moins de sang dans le corps, donc d'oxygène aux muscles et aux organes, et récupère moins vite après l'effort. En développant le muscle cardiaque, l'exercice physique régulier lui donne une réserve de puissance. Un cœur plus musclé travaille plus longtemps sans défaillance et envoie davantage de sang dans l'organisme.

Le tabac

Le tabac constitue une grande menace pour les coronaires (risque d'infarctus), les artères des jambes (l'artérite se rencontre presque exclusivement chez les fumeurs) et les artères cérébrales. L'oxyde de carbone prend la place d'une partie de l'oxygène transporté dans le sang et favorise les dépôts de cholestérol sur la paroi des artères. La nicotine accélère le cœur, augmente la tension artérielle, fait baisser le ""bon cholestérol"" (HDL-cholestérol), augmente l'agrégation des plaquettes sanguines et favorise la formation de caillots.

Découvrez nos solutions pour votre santé cardiovasculaire