Troubles de la vision

On appelle troubles de la vision ou troubles visuels, l’ensemble des problèmes qui affectent notre vue, de manière transitoire ou prolongée. Certains problèmes oculaires relèvent du simple défaut visuel, d’autres sont plutôt considérés comme des maladies ; dans les deux cas, il est nécessaire de consulter un médecin ophtalmologiste, spécialisé dans les troubles de la vision. Comment ces problèmes apparaissent ? Peut-on les prévenir ? Existent-ils des solutions pour les traiter et/ou les réduire ? Analyse d’un phénomène qui nous touche presque tous, un jour ou l’autre.

 

 Troubles de la vision : Définition et caractéristiques 


Un soir, vous rentrez chez vous au volant de votre voiture après une journée de travail, et vous vous apercevez que les panneaux sont un peu flous…votre enfant de 7 ans revient de l’école avec un mot de l’institutrice, vous signalant que votre enfant n’y voit pas bien au tableau et a du mal à suivre les consignes écrites…un dimanche, en plein repas de famille, votre père renverse le café en essayant de vous servir, puis il vous décrit comme un voile devant ses yeux qui l’a empêché de bien voir 
Les troubles de la vision sont très courants dans notre quotidien : 71% de la population française porte des lunettes de vue ! Pour bien comprendre ce qu’englobent les troubles de la vision, penchons-nous d’abord sur ce qu’est la vision. 


Le mécanisme de la vision 

La vue est l’un de nos cinq sens : il sert à observer ce qui nous entoure et analyser ainsi notre environnement grâce aux rayonnements lumineux. La vision ou perception visuelle est l’ensemble des processus physiologiques et cognitifs qui aboutissent à l’interprétation des signaux lumineux de l’environnement reçus par l’œil en représentations sensorielles (formes, couleurs, distances, perspectives, mouvements, etc.) grâce au cortex visuel.  

Dans ce processus, on retient deux organes qui communiquent l’un avec l’autre :  

  • L’œil : organe de la vue, il fait office de récepteur et transmetteur des stimuli. 
  • Le cerveau : via le cortex visuel, il interprète les informations transmises par l’œil et les transforme en images. 

Si l’un des deux organes ne fonctionne pas correctement, l’autre ne peut pas compenser et la vision est alors dégradée. Les principaux troubles visuels sont plutôt liés à un défaut ou une dégénérescence du fonctionnement de l’œil.  


Zoom sur l’œil, récepteur des signaux lumineux 

Les rayons de lumière vont entrer dans l’œil selon les étapes principales suivantes : 

  • - La cornéelentille optique transparente supérieure de l’œil : transmet la lumière au cristallin par réfraction. 
  • - La pupille, au centre de l’iris, partie colorée de l’œil : adapte sa taille pour garder une vision nette quel que soit le niveau de luminosité. 
  • - Le cristallin, 2e lentille optique qui va diriger par réfraction les rayons lumineux sur la rétine, permettant la mise au point. Il change de forme en fonction de la distance d’observation. 
  • - La rétine, membrane située au fond du globe oculaire. Elle reçoit et analyse les signaux lumineux. Ensuite, l’information est transmise par le nerf optique au cerveau, dont le rôle est d’interpréter l’image.  

Les principaux troubles de la vision 

Un trouble visuel désigne une diminution de l’acuité visuelle, c’est-à-dire du pouvoir de l’œil à distinguer les détails, avec et sans lunettes. Certains peuvent nous affecter à tout âge, d’autres sont davantage liés au vieillissement de l’œil. On les regroupe en 2 catégories :  

  • Les amétropies ou « anomalies de la réfraction »

  • Elles sont dues à un dysfonctionnement de la cornée, du cristallin ou des deux. 
  • - La myopie : il s’agit sans doute du défaut visuel le plus courant et il est souvent héréditaire. Pour un objet situé à distance, le signal lumineux reçu par l’œil va se former devant et non sur la rétine ce qui va créer une image floue. En cause : un globe oculaire trop long ou une cornée trop courbée.
  • - L’hypermétropie : on le considère comme l’inverse de la myopie car ici, le rayon lumineux se forme derrière la rétine. La vue de près est donc défectueuse. 
  • - L’astigmatisme : La courbure de la cornée est irrégulière, ce qui affecte la réfraction de la lumière. Ainsi, à toutes les distances, la personne astigmate voit des images peu nettes, déformées. 
  • - La presbytie : A partir de la quarantaine, le cristallin perd un peu de souplesse et la mise au point en est affectée. Le phénomène est naturel et touche surtout la vision de près, ce qui s’avère gênant pour la lecture. 

  • Les pathologies oculaires

  • Le plus souvent, ces maladies surviennent avec le vieillissement de l’œil. Certains facteurs peuvent toutefois le précipiter. 
  • - La Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge (DMLA) : cette maladie, qui peut apparaître vers 60 ans est la première cause de malvoyance en France. Elle affecte progressivement la macula, partie centrale de la rétine qui permet notamment la vision des détails et des couleurs. Des dépôts s’y accumulent et forment des taches floues au niveau de la vision centrale. 
  • - La rétinopathie diabétique : Il s’agit d’une conséquence possible du diabète. Le sucre, présent en excès, endommage les vaisseaux (ou capillaires) de la rétine, qui éclatent tour à tour, affectant généralement le champ visuel. A long terme, l’oxygénation de la rétine présente un dysfonctionnement, ce qui peut entraîner la perte de la vue. 
  • - La rétinopathie pigmentaire : D’origine génétique, cette maladie détruit les cellules rétiniennes, ce qui aboutit à un champ de vision en « tunnel » extrêmement rétréci. 
  • - Le glaucome : Maladie largement héréditaire qui a pour effet d’augmenter la pression intraoculaire, ce qui comprime et détruit le nerf optique. Pris à temps, la maladie est ralentie, sinon elle affectera profondément le champ visuel pouvant conduire à la cécité. 
  • - La cataracte : Maladie très fréquente liée au vieillissement de l’œil, la cataracte touche le cristallin et entraîne son opacification totale ou partielle. La vision devient « laiteuse », décrite comme un voile devant les yeux. La personne qui en souffre, est également plus sensible à la lumière. 

Il existe bien d’autres problèmes oculaires qui affectent la vision de manière persistante ou non : le daltonisme, la conjonctivite, l’uvéite, le syndrome des yeux secs, la kératite, le décollement de la rétine,… 
D’autres gênes visuelles sont passagères et résultent de facteurs également transitoires. Car les causes de troubles de la vision sont nombreuses, l’œil étant un organe fragile ET très exposé aux agressions extérieures. 


Les facteurs des troubles de la vision 

Les causes possibles des troubles de la vision sont nombreuses et l’association de plusieurs facteurs est courante. Zoom sur les causes les plus fréquentes : 

Certains facteurs sont plutôt considérés comme passagers, et les troubles visuels qui en découlent le sont aussi le plus souvent. D’autres facteurs sont plus insidieux car leur action est progressive et les effets mettent des années à s’installer. Malheureusement, ces derniers ont des conséquences souvent plus lourdes sur la santé visuelle. 

Facteur 

Nature du facteur 

Effets sur la vue 

Choc traumatique 

Transitoire 

Passagers ou permanents, cela dépend de la profondeur du choc. 

Ecrans 

Transitoire 

Utilisés de manière prolongée, les écrans entraînent une fatigue oculaire, mais aussi des troubles au niveau de la rétine. 

Fatigue 

Transitoire 

Vision brouillée, tressautement de l’œil, les effets de la fatigue sur la vision sont passagers à condition de se reposer. 

Hérédité 

Durable 

Dépend du trouble concerné ; effet généralement permanent. 

Hypertension artérielle 

Durable 

Sans traitement contre l’hypertension, les effets peuvent être permanents. L’œil est un organe très vascularisé, une pression trop forte peut l’endommager. 

Mauvaise alimentation 

Durable 

Les carences provoquent des troubles de la vue et de la fatigue oculaire. 

Soleil 

Transitoire et Durable 

moyen terme sans protection, le soleil peut abimer l’œil de manière irréversible. 

Stress 

Transitoire 

Tout comme la fatigue, le stress engendre des tressautements de l’œil et des troubles de la vue passagers. 

Tabac 

Durable 

Les radicaux libres et le stress oxydatif engendrés par le tabac sont des causes majeures de pathologies dégénératives de l’œil.  

Traitement médicamenteux 

Transitoire 

Certains médicaments provoquent des effets indésirables sur la vision. Si vous constatez un symptôme visuel, consultez votre médecin le plus vite possible. 

Vieillissement 

Durable 

L’œil n’échappe pas au vieillissement cellulaire et ses effets sont permanents, naturellement. 

 

Mais on retrouve également des causes comme la crise d’hypoglycémie, une mauvaise vascularisation, les AVC, les migraines, le diabète, la sclérose en plaques, l’alcoolisme, les dérèglements hormonaux, le malaise vagal, etc.


Les conséquences des troubles de la vision


Les troubles visuels sont courants, la majorité d’entre nous en fait ou en fera l’expérience un jour. Nous apprenons à vivre avec, mais il faut avouer qu’au moment où ils se déclarent, et parfois après encore, le quotidien peut devenir difficile.  


Les signes d’une vue en baisse 

Les premiers temps, cela se manifeste souvent par des maux de tête chroniques, de la fatigue, une humeur maussade, etc. Tout cela est dû à l’effort que la personne atteinte accomplit inconsciemment pour adapter sa vue et « corriger » le défaut et c’est fatigant ! 
Puis, la personne prend conscience qu’elle voit moins bien. Selon les cas, il faut un certain temps avant d’accepter sa nouvelle condition et de prendre rendez-vous chez un médecin spécialisé. Pourtant, en attendant, la personne se met en danger si elle conduit un véhicule, particulièrement la nuit. Elle peut rater des détails importants de la vie quotidienne et devenir plus maladroite. Évidemment, nous parlons ici des troubles de la vision qui s’installent de manière permanente.  


Trouble de la vue diagnostiqué : quels changements dans la vie quotidienne ? 

Une fois le trouble visuel diagnostiqué, il faut s’adapter. Dans le cas des amétropies, le patient est dirigé en première intention par le médecin ophtalmologiste vers des solutions correctrices de type lunettes ou lentilles de contact. Le plus souvent, une fois passées les interrogations de niveau esthétique, ces solutions sont très bien tolérées et le patient reprend une vie normale, sous réserve de contrôler sa vue régulièrement.  

Pour les pathologies plus graves, le chemin vers une solution définitive peut s’avérer long et compliqué, voire impossible. Auquel cas, la personne atteinte est conseillée pour adapter son quotidien et son niveau d’autonomie à son nouvel état. Des outils d’aide visuelle en cas  de basse vision (loupes, filtres, éclairages spécifiques) à l’accompagnement d’un non-voyant dans un processus d’autonomisation (canne blanche, chien guide, aide à domicile, etc.), les dispositifs d’accompagnement se multiplient pour venir en aide à ces personnes qui voient leur vie bouleversée, parfois du jour au lendemain. 


Vue des enfants : la vigilance s’impose 

La vue est essentielle pour l’apprentissage de la vie. Si chez les tout-petits, il peut paraître moins important que l’odorat ou le toucher, c’est aussi l’âge où les défauts visuels peuvent être corrigés définitivement s’ils sont tout de suite pris en charge. Plus tard, il faut rester attentif aux comportements de votre enfant qui pourraient indiquer un potentiel trouble de la vue : difficultés scolaires, gestes maladroits répétés, maux de tête récurrents, troubles relationnels ou tendance à s’isoler. Un réflexe : une visite régulière chez le médecin ophtalmologiste permet d’écarter le doute. 


Les troubles de la vision : un frein potentiel à certaines carrières professionnelles 

Dans tous les cas, l’accès à certains corps de profession devient plus difficile ou même  impossible lorsqu’on présente un trouble de la vision. Une carrière dans la conduite (train, avion) est totalement compromise car une excellente vue est un critère absolu d’entrée. L’armée et la sécurité publique présentent également leurs exigences en matière d’aptitude visuelle. Certains sports sélectionnent les futurs champions en fonction de leur acuité visuelle, notamment les sports de précision ou les courses sportives.


Prévenir et traiter les troubles de la vision : toutes les solutions


La vue est précieuse et irremplaçable, il est important de la préserver autant que faire se peut. Prévenir certains troubles de la vision est possible d’abord en la protégeant contre les agressions extérieures et en adoptant de bonnes habitudes au quotidien.  


Porter des lunettes de soleil 

Les rayons du soleil, si bienfaisants soient-ils pour notre moral, notre bonne mine, ont aussi leur part d’ombre. En cause : les rayons ultraviolets, qui malgré leur utilité dans la synthèse de la vitamine D, sont dangereux pour nos yeux et notre peau. Il en existe trois types : UVA, UVB et UVC. Les UVB touchent la cornée, les UVA atteignent le cristallin, mais 1% de ces rayons sont susceptibles d’aller jusqu’à la rétine, ce qui peut causer à long terme nombre de pathologies oculaires comme la kératite, la DMLA ou la cataracte. Les UVC sont filtrés en grande partie par la couche d’ozone et sont dangereux plutôt en altitude. Un seul rempart contre ces rayons : les lunettes de soleil. Concernant les verres solaires, optez pour une protection de catégorie 3 minimum car elle est adaptée à la plupart des situations d’ensoleillement. En cas de doute, demandez conseil à un opticien. Pour les enfants, lunettes de soleil et chapeau obligatoires pendant les beaux jours. 


Attention aux écrans 

En mai 2019, l’Agence Nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) a publié un rapport confirmant entre autres, la toxicité de la lumière bleue sur la rétine. Car en plus de perturber notre rythme biologique de sommeil en réduisant la production de mélatonine le soir, une exposition prolongée à la lumière bleue émise par les écrans induit des maux de tête, de la fatigue oculaire et provoque des réactions chimiques qui pousseraient la rétine à s’auto-détruireL’ANSES et l’ASNAV (Association nationale pour l’amélioration de la vue) alertent sur la santé visuelle des enfants et des adolescents, populations particulièrement sensibles aux écrans. Vigilance également pour tous les travailleurs sur écran, il faut penser à faire des pauses et éventuellement s’aérer 5 minutes toutes les 45 minutes environ. Des solutions optiques sont disponibles comme les verres anti-reflet ou des filtres pour les écrans. Mais dans le cas des enfants, la meilleure prévention c’est de limiter l’accès aux écrans. Un dépistage régulier chez les professionnels de la vue est aussi largement recommandé. 


Quelques autres bonnes habitudes pour prévenir les troubles de la vision 

Le tabac est un des principaux facteurs de troubles de la vision. Il diminue les défenses naturelles et augmente le stress oxydatif au niveau de la rétine et du cristallin, ce qui peut multiplier jusqu’à 5 le risque de DMLA. Pour cela et bien d’autres raisons, il est préférable d’arrêter de fumer.  
Une bonne alimentation est capitale pour la santé de vos yeuxPrivilégiez des aliments aux propriétés antioxydantes, les fruits et légumes en regorgent et également ceux qui ont une action protectrice vasculaire, comme les oméga 3. Une complémentation peut s’avérer utile en cas de carence. Pensez à bien vous hydrater pour éviter d’avoir les yeux secs. 
Et enfin, aménagez votre espace de vie et de bureau avec des éclairages efficaces mais apaisants pour la vue.  


Et du côté des traitements ? 

Si vous présentez déjà un trouble de la vision, nous vous invitons à consulter votre médecin ophtalmologiste le plus vite possible. Lui seul peut vous orienter vers une solution ou un traitement adapté. Dans le cas des amétropies, les verres correcteurs sont largement prescrits, montés sur des montures ou des lentilles de contact selon votre préférence et/ou votre tolérance. Les pathologies plus graves comme la cataracte ou la DMLA peuvent être réduites par chirurgie, le succès de cette méthode dépendant en grande partie de la précocité du dépistage. 


Les plantes et actifs pour protéger votre vue 

Notre organisme est intelligent, il a lui-même prévu son système de protection oculaire au travers de deux pigments naturels de la famille des caroténoïdes : la lutéine et la zéaxanthine. Présents dans le cristallin et la rétine, ils ont des propriétés antioxydantes et filtrent les rayons lumineux comme la lumière bleue. Non synthétisés par l’organisme, c’est l’alimentation qui se charge de les apporter en quantité suffisante à l’organisme.  

De nombreux plantes, fruits et légumes du quotidien, riches en vitamines A et C et aux propriétés antioxydantes peuvent aussi vous aider à préserver votre confort visuel :


Nos solutions produits pour les troubles de la vision