Troubles des articulations : reconnaître et soulager

L’articulation correspond à la jonction entre deux os, permettant de protéger la structure osseuse des frottements. Facilitant le mouvement, l’articulation évite l’érosion et la dégradation du squelette. Associées aux tendons et aux ligaments, les articulations jouent un rôle majeur dans la mobilité du corps. Néanmoins, elles restent fragiles et peuvent être touchées par des troubles plus ou moins graves. Dus à un choc traumatique, un défaut mécanique ou une maladie chronique, ces troubles causent une douleur articulaire, difficile à supporter au quotidien. Goutte, polyarthrite, arthrose… les pathologies pouvant affecter les articulations sont nombreuses. Comment identifier un trouble articulaire ? Quelles sont les solutions pour ne plus avoir mal aux articulations ? Au quotidien, quels sont les gestes à adopter pour les préserver ? Nos conseils pour garder des articulations en bonne santé à tout âge.

Troubles articulaires : de quoi parle-t-on ?


Amateur de running, vous êtes fier d’avoir couru votre premier semi-marathon, mais après la course, vous souffrez de violentes douleurs aux articulations du genou… Vous travaillez en usine et chaque jour, portez des charges lourdes en effectuant des mouvements en torsion, le soir, vous souffrez de violentes douleurs au niveau du dos… Vous venez de fêter vos 70 ans et, depuis quelques années, vous souffrez d’une arthrose particulièrement handicapante… Les troubles des articulations peuvent concerner chacun d’entre nous à différents moments de la vie.


Comment fonctionne une articulation ?

Maillons essentiels à la mobilité du corps, les articulations mobiles et semi-mobiles fonctionnent grâce à une structure complexe et un système bien rôdé. Permettant l’amplitude des mouvements du corps, les articulations peuvent aussi être fixes (au niveau du crâne par exemple). Zone de jonction entre deux os, l’articulation comprend une zone de cartilage qui baigne dans le liquide synovial contenu dans une capsule entourant l’articulation.

Le cartilage joue le rôle d’intermédiaire entre l’os et certains tissus mous. Le liquide synovial assure la protection de l’os et la souplesse du membre. Si le corps humain compte près de 400 articulations, celles du cou, des épaules, du coude, du poignet, des genoux, des hanches, des chevilles et des pieds, sont particulièrement sollicitées.


Les différents types de troubles articulaires

Selon l’Inserm, un Français sur deux souffre de douleurs articulaires, dont un sur trois dès son jeune âge (18-24 ans). 93 % des Français interrogés confient avoir déjà souffert des articulations. En effet, si le mécanisme articulaire est bien conçu, il peut arriver qu’il s’enraye. En cause : le vieillissement bien sûr, mais aussi des gestes répétitifs réalisés sur la durée.

En cas de douleurs articulaires, on distingue :

  • L’arthralgie (due à un rhumatisme)
  • L’arthrite (due à une inflammation rhumatismale ou infectieuse)
  • L’arthrose (pathologie liée à l’âge)

L’appellation « rhumatismes » regroupe l’ensemble des maladies affectant l’appareil locomoteur (os, ligaments, muscles, tendons…). Si des douleurs articulaires restent passagères, certaines maladies entraînent des douleurs articulaires chroniques :

La goutte :

  • cette maladie chronique des articulations est aussi appelée « le mal des rois ». Elle est causée par un excès d’acide urique dans le sang formant des cristaux se déposant au niveau des articulations. Ces dépôts provoquent des crises de goutte dont le principal symptôme est une inflammation de l’articulation, qui gonfle, rougit et chauffe (le gros orteil, les chevilles, les doigts et le genou sont les articulations les plus touchées). La douleur est brutale et vive.

Les troubles musculosquelettiques (TMS) :

  • ces troubles de l’appareil locomoteur affectent les muscles, les tendons et les articulations. Tendinopathie, syndrome du canal carpien ou encore épicondylite au coude font partie des TMS. Causés par des gestes répétitifs (notamment au travail), ils se traduisent par une forte douleur, une raideur et une faiblesse dans les membres concernés (le plus souvent cou, épaules, poignets).

L’arthrite (rhumatisme inflammatoire chronique) et arthrite juvénile idiopathique :

  • l’arthrite se manifeste par une inflammation du tissu tapissant l’articulation qui gagne en volume, devient rigide et douloureuse. Ce terme englobe près d’une centaine d’affections distinctes plus ou moins graves, allant de la tendinite à la bursite ou encore l’arthrite rhumatoïde. Loin d’être restreinte aux adultes, elle touche également 4 000 enfants en France, pour lesquels une arthrite juvénile idiopathique a été diagnostiquée.

L’arthrose :

  • cette maladie articulaire concerne 10 millions de Français, dont une majorité de plus de 65 ans. Liée au vieillissement, au métabolisme ou à l’hérédité, elle entraîne une destruction du cartilage. Le diagnostic passe par un examen clinique et une radiographie des articulations. Les traitements visent alors à réparer ou remplacer le cartilage endommagé.

La polyarthrite rhumatoïde :

  • cette maladie auto-immune est une maladie inflammatoire chronique des articulations, entraînant des moments de douleurs intenses (poussées) de durée variable et des « accalmies ». Environ 200 000 personnes sont touchées par cette maladie. Sans traitement, la maladie peut entraîner une déformation des articulations.

La chondrocalcinose :

  • la chondrocalcinose articulaire génère la présence de dépôts de cristaux de pyrophosphate de calcium. Elle peut rester asymptomatique ou entraîner une inflammation aigüe ou chronique.

Quelles sont les causes des troubles articulaires ?

La recherche scientifique a identifié différents types de facteurs pouvant entraîner le déclenchement des troubles articulaires.

L’origine traumatique :

  • une douleur articulaire peut faire suite à un choc traumatique comme une chute, un accident, une blessure sportive ou un étirement trop violent par exemple. Les différentes composantes de l’articulation peuvent être endommagées. Le port de charges lourdes, une pratique sportive inadaptée ou encore une surcharge pondérale augmentent les risques de souffrir des articulations.

L’origine mécanique :

  • les articulations peuvent présenter une fragilité naturelle du cartilage, une malformation ou encore un défaut d’alignement, occasionnant des douleurs.

Le vieillissement :

  • avec l’âge, les articulations peuvent montrer des signes de fragilité. Certaines maladies articulaires sont directement corrélées à l’âge, comme l’arthrose, fréquente chez les seniors et les personnes âgées.

L’origine infectieuse :

  • certaines maladies tropicales comme la dengue et le chikungunya entraînent des douleurs articulaires, qui disparaissent au moment de la guérison.

L’origine pathologique :

  • les douleurs articulaires peuvent être les symptômes des maladies articulaires chroniques inflammatoires (arthrose, arthrite, goutte, polyarthrite…). Une prise en charge médicale est nécessaire, associant éventuellement un traitement anti-inflammatoire pour soulager les douleurs.

L’hérédité :

  • la génétique a aussi un impact sur le déclenchement des maladies articulaires, notamment l’arthrose des mains.

Les conséquences des troubles articulaires


Douleurs quotidiennes, difficultés à se déplacer, incapacité à pratiquer certaines activités… Les problèmes d’articulation peuvent se révéler invalidants au quotidien. Au-delà de la souffrance physique, ces maladies articulaires sont source d’un mal-être psychologique, nuisant à la vie sociale et professionnelle des patients.


Des douleurs physiques au quotidien

Les maladies ostéoarticulaires, plus connues sous le nom de rhumatismes, sont largement répandues. Selon une enquête Ifop relayée par l’Inserm, huit Français sur dix ont déjà souffert de ce type de troubles à plusieurs reprises.

Toutefois, ces maladies restent mal connues du grand public. Elles sont aussi sujettes à certaines idées reçues. La majorité des Français pense qu’elles ne concernent qu’une petite partie de la population et uniquement les personnes âgées. Or, c’est faux, près de 12 millions de Français sont concernés et un Français sur trois âgé de 18 à 24 ans en subit les conséquences. Les maladies articulaires représentent d’ailleurs le premier motif d’arrêt maladie.

Autre préjugé : ces troubles n’ont pas d’impact majeur sur la santé. C’est faux. En effet, les rhumatismes sont source de douleurs chroniques qui entraînent une sédentarité subie. Parmi les symptômes constatés, celui-ci empêche de pratiquer un exercice physique. « Le taux de mortalité est augmenté de 50 % lorsque la marche est limitée par ces maladies », précise l’Inserm. De plus, la sédentarité constitue un facteur de risque prégnant dans le développement des maladies cardiovasculaires.


Douleurs chroniques et émotions : quel impact sur le plan psychologique ?

Avoir mal aux articulations a des conséquences directes sur la santé physique, mais aussi sur l’équilibre psychologique. Les douleurs nocturnes nuisent à la qualité du sommeil, les personnes ressentent des douleurs aigües les empêchant de dormir et de récupérer durant la nuit. 65 % des personnes interrogées éprouvent des difficultés à dormir. Conséquence : une fatigue qui s’accumule, suscitant une certaine irritabilité. Ces troubles rendent certains mouvements particulièrement douloureux. Les malades sont obligés de renoncer à certaines activités de loisirs.

Ces maladies ont des répercussions globales sur la vie sociale, professionnelle et conjugale. Ainsi, 30 % des personnes atteintes ont été contraintes d’arrêter de travailler, 24 % voient leur vie de famille impactée et 21 % ressentent des effets sur leur vie de couple.


Troubles des articulations : les solutions et remèdes naturels


Un diagnostic précoce participe à une meilleure prise en charge médicale. Par ailleurs, tout au long de la vie, il est possible d’adopter certaines habitudes visant à prévenir l’apparition de ces troubles articulaires. L’objectif ? Préserver son « capital » articulaire pour être en meilleure santé.


Les bons gestes pour préserver son « capital articulaire »

Le mode de vie a une forte incidence sur la santé physique et psychique. Pour maximiser ses chances de rester en forme, il est recommandé de faire du sport sans excès, d’adopter un régime alimentaire sain et équilibré, de bannir les produits trop riches en sucres et en graisses saturées. Les articulations méritent un soin tout particulier, surtout si vous savez que vous souffrez d’une fragilité articulaire.


Éviter les sports d’impact et les pratiques intenses

L’exercice physique est bénéfique pour le cœur, le souffle, et apaise le mental. Si les bienfaits de la pratique sportive sont nombreux, il est conseillé d’opter pour des sports plutôt doux. Certaines activités sportives, comme la course à pied sur route, induisent des impacts violents sur le sol. À chaque foulée, le poids «pesant» sur les articulations est multiplié par cinq. Ainsi, le jogging est une pratique à éviter, surtout si vous êtes en surpoids ou si vous avez des antécédents familiaux. La natation, le yoga ou le vélo figurent parmi les sports à privilégier en cas de douleurs articulaires.  


Quelle alimentation pour soigner les articulations ?

L’alimentation joue un rôle clé dans le traitement des douleurs et troubles articulaires. Ainsi, un lien a été établi entre la consommation de certains aliments et l’aggravation inflammatoire, comme l’arthrose. Pour améliorer votre confort articulaire et limiter la douleur en cas de troubles, il est conseillé de limiter les charcuteries riches en oméga 6 et les graisses favorisant le processus inflammatoire. À éviter donc : le beurre cuit, les viandes très persillées, les produits trop sucrés. A contrario, il est recommandé de consommer des aliments riches en oméga 3, apaisant la réaction inflammatoire : noix, graines de lin, poissons gras.


Les plantes et actifs bénéfiques aux articulations

La nature regorge de plantes aux multiples bienfaits sur la santé. Certains végétaux sont réputés pour leurs propriétés calmantes et apaisantes.

Certaines d’entre elles peuvent permettre d’améliorer le confort articulaire :

  • Le curcuma : utilisée en médecine traditionnelle chinoise, cette épice est connue pour ses actifs bienfaisants. Riche en antioxydants, elle constitue un anti-inflammatoire puissant et peut être prise en prévention ou de manière curative. Le curcuma aide aussi à conserver une bonne mobilité des articulations.
  • L’harpagophytum : favorisant le confort articulaire, cette plante d’Afrique du Sud contient des harpagosides, des phytostérols et des flavonoïdes, bénéfiques à la souplesse articulaire.
  • Le saule blanc : l’écorce de l’arbre est riche en tanins et en flavonoïdes, aux effets antidouleur reconnus
  • Le gingembre : tout comme le curcuma, cette racine est connue pour ses propriétés anti-inflammatoires. Stimulante, c’est un excellent remède naturel pour le confort digestif et le système cardio-vasculaire.

Parallèlement à une alimentation variée et équilibrée, il est possible de profiter des bienfaits de ces plantes via la prise d’un complément alimentaire adapté. En complémentarité des médicaments prescrits (dans le cas d’une pathologie diagnostiquée) et avec l’avis favorable de votre médecin, l’effet de ces plantes contribue à soulager la douleur ressentie au niveau des articulations.


Nos solutions pour soulager vos articulations !