Troubles du sommeil

Dormir suffisamment et profondément est essentiel pour être en bonne santé et se sentir bien au quotidien. En effet, le sommeil est indispensable à la réparation des tissus, la régénération des cellules, la récupération des muscles, l’entretien du métabolisme neuronal, la sécrétion des hormones… Mais, la qualité de sommeil peut être altérée par des troubles du sommeil multifactoriels (insomnies, parasomnies, hypersomnies, syndrome des jambes sans repos ou apnées du sommeil…). Comment identifier et traiter les troubles du sommeil ? Quelles sont les solutions naturelles pour lutter contre l’insomnie et se sentir en forme dès le lever ? Décryptage.

Souffrir de troubles du sommeil : caractéristiques et causes  


Au cours d’une vie, le besoin en sommeil évolue. Si un nourrisson a besoin de dormir entre 12 et 18 heures par jour, ce temps de repos nécessaire diminue avec l’âge. Néanmoins, à l’âge adulte, on estime entre 7h30 et 9 heures la durée de sommeil nécessaire pour une nuit. Les conditions de vie, l’hérédité, le chronotype (couche-tôt ou couche-tard) viennent pondérer cette estimation.  

A la veille d’une échéance importante (entretien, examen)anxieux, vous vous réveillez en plein milieu de la nuit, sans réussir à vous rendormir avant que le réveil ne sonne… Le soir, votre esprit cogite en continu, passant en revue un à un, vos soucis. Vous vous sentez épuisé, mais ne parvenez pas à trouver le sommeil avant une heure très avancée de la nuit… Au réveil, vous ne vous sentez pas reposé, mais exténué comme si vous n’aviez pas dormi… Vous vous reconnaissez ? Rien d’étonnant, 62% des Français sont confrontés au moins à un trouble du sommeil à une période de leur vie.  

La qualité de sommeil peut également se dégrader lorsqu’on avance en âge. En effet, parallèlement aux douleurs provoquées par l’ostéoporose ou encore l’arthrite, pouvant perturber le sommeil, le vieillissement apparaît comme un facteur favorisant l’apparition de ces troubles. En cause : des problèmes médicaux ou émotionnels, mais aussi une désynchronisation de l’horloge biologique due au changement de rythme au moment du départ à la retraite.  


La dette de sommeil chronique des Français  

Selon l’enquête « Modes de vie et sommeil » de l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance, l’évolution du mode de vie ces dernières années a aggravé la dette de sommeil des FrançaisPrès d’un quart des Français disent souffrir de somnolence durant la journée 

Quelles sont les causes identifiées de ces troubles du sommeil ? L’étude démontre la corrélation entre la montée en puissance de l’exposition aux écrans et la dégradation de la qualité de sommeilAvec la généralisation des smartphones, de nombreux Français consultent leur boîte mail ou se rendent sur les réseaux sociaux au moment du coucher. Cette consommation de medias électroniques associée à une exposition directe à la lumière artificielle, entraîne une stimulation cognitive néfaste à l’endormissement. L’institut recommande même un « couvre-feu digital » au moins une heure avant de dormir.  

Autre élément : le changement de rythme veille-sommeil entre la semaine et le week-end. L’alternance de courtes nuits en semaine et des grasses matinées le samedi et le dimanche s’avère préjudiciable à la qualité de sommeil.   


Le rôle clé de la mélatonine, hormone du sommeil

Surnommée l’hormone du sommeil, la mélatonine est une hormone sécrétée par la glande pinéale. A la tombée de la nuit, le cerveau libère naturellement cette substanceIndispensable à un bon sommeil, cette hormone favorise l’endormissement et contribue à réguler les différents cycles du sommeil. En effet, au cours d’une nuit, le sommeil s’articule entre plusieurs phases : le sommeil lent (endormissement, sommeil lent léger, sommeil lent profond), le sommeil paradoxal (REM), phase durant laquelle les rêves sont les plus longs et les plus complexes.  

Naturellement sécrétée par le cerveau, cette hormone baisse la température du corps, agit comme un antioxydant et a un effet naturellement apaisant. Certains facteurs externes comme la prise de certains médicaments ou l’exposition prolongée à la lumière des écrans peuvent diminuer la production de mélatonine par l’organisme et nuire au sommeil.  


Troubles du sommeil : un classement en trois grandes catégories

Réveils nocturnes, nuits trop courtes, nuits blanches, problèmes d’endormissement, fatigue ressentie au lever Les manifestations d’un trouble du sommeil peuvent se traduire de différentes manières. Selon le type de trouble, les symptômes, les conséquences et le traitement sont différents 

Le corps médical distingue trois grands types de troubles du sommeil :  

  • - les dyssomnies : troubles sur la durée du sommeil englobant l’insomnie ou encore la narcolepsie.  
  • les parasomnies : regroupe les troubles n’altérant pas profondément la qualité du sommeil ou la vigilance en journée comme le somnambulismele bruxisme, les terreurs nocturnes chez le jeune enfant ou encore les apnées du sommeil.  

Focus sur les principaux troubles du sommeil

 

L’insomnie

Désigne des difficultés à s’endormir, associées ou non à de l’anxiété, réveil nocturne suivi d’une impossibilité à se rendormir. Le phénomène de l’insomnie désigne un sommeil insuffisant ou peu réparateur. Passagère, l’insomnie a en général une origine bien identifiable comme un événement stressant ou traumatique, la consommation de substances excitantes… L’insomnie devient chronique lorsqu’elle dure plus de trois semaines.  


Le syndrome des Apnées du Sommeil (SAS) :  

Relativement fréquente, cette pathologie demeure encore assez méconnue et sous-diagnostiquéeL’apnée du sommeil se traduit par des arrêts respiratoires de courte durée, se produisant à plusieurs reprises durant la nuit. Répétée, l’obstruction périodique des voies respiratoires peut entraîner des problèmes de santé. En plus de la fatigue ressentie au réveil, des études ont montré l’augmentation possible du risque de maladies cardio-vasculaires.  


Le syndrome des impatiences des membres inférieurs  

Aussi appelé syndrome des jambes sans repos (SJSR)  ou mouvements périodiques des jambes au cours du sommeil (MPJS), ce syndrome désigne des mouvements incontrôlables des membres inférieurs (sursauts, tressaillements…), se manifestant durant les moments d’immobilité. Le moment du coucher est particulièrement propice à ce phénomène. Cette envie irrépressible de bouger perturbe le sommeil et peut maintenir en phase d’éveil 


Les hypersomnies

Cette appellation désigne un excès pathologique de sommeil. La narcolepsie est classée dans cette catégorie.  


L’impact des troubles du sommeil sur la santé au quotidien  


Lorsqu’on passe une mauvaise nuit, c’est la journée entière du lendemain qui est gâchée. Le manque de sommeil peut rapidement devenir problématique au travail et dans la vie sociale 


Sommeil perturbé : des conséquences à court terme  

Lorsqu’un trouble du sommeil survient sur une courte période (insomnies…), la personne touchée va rapidement ressentir les effets néfastes. Elle peut se retrouver confrontée à des difficultés de concentration et des émotions exacerbées, plus complexes à gérer. Autres effets: irritabilité, nervosité, humeur maussade. La fatigue ressentie peut aussi se manifester par un état de somnolence à différents moments de la journée en fonction du rythme de vie et l’activité 


Un impact sur l’état de santé

Sur le long terme, le manque de sommeil affecte la santé de la personne touchée. Celle-ci ressent une fatigue permanente, source de souffrance psychologique et d’un manque de vigilance en journée. Certains troubles du sommeil peuvenaussi avoir des conséquences plus graves sur la santé. Ainsi, les apnées du sommeil peuvent dans certains cas augmenter le risque de développement des maladies cardio-vasculaires.  


Comment combattre les insomnies et lutter contre les troubles du sommeil ? 


L’état physiologique du repos est nécessaire à un bon équilibre psychologique, physiologique et physique. Les perturbations du sommeil ne sont pas une fatalité. Il est possible de mettre en place différentes actions pour lutter contre les insomnies et favoriser un sommeil réparateur.


Adopter des habitudes de vie favorables au sommeil

Depuis une trentaine d’annéesle mode de vie des Français a évolué. Plus de sédentarité, plus d’écrans au quotidien… Ces changements participent à une dégradation de la qualité de sommeil. Si les insomnies sont provoquées par un état de stress global et une forte anxiété, utiliser les techniques de relaxation et de respiration (yoga, sophrologie) à l’approche du coucher peut faciliter l’endormissement. Le corps et l’esprit se calment et cet apaisement contribue à un meilleur sommeil.  

Quelques gestes à adopter au quotidien pour favoriser le sommeil :  

  • - Réduire l’exposition à la lumière artificielle et bannir les écrans une heure avant le coucher  
  • - Pratiquer 30 minutes d’activité physique par jour 
  • - S’exposer à la lumière naturelle pendant plus d’une heure par jour favorise la qualité du sommeil, selon l’étude de l’Institut national du sommeil et de la vigilance   

Des plantes et actifs aux effets sédatifs pour lutter contre l’insomnie  

Etat physiologique, le sommeil permet à l’organisme d’assurer les fonctions vitales. Certaines plantes contiennent des actifs naturels favorisant la détente et l’endormissementParmi les végétaux aidant à bénéficier d’un meilleur sommeil, on peut citer la passiflore, la mélisse, l'eschscholzia, la valériane 

Certains nutriments accessibles sous forme de compléments alimentaires aident également l’organisme à atteindre un sommeil réparateur.  

  • - Le magnésium apporte des éléments indispensables à l’homme. Ses vertus relaxantes et apaisantes contribuent à la décontraction musculaire, nécessaire à leur bon fonctionnement. 
  • - La mélatonine : la prise d’une dose supplémentaire de mélatonine (hormone du sommeil) peut contribuer à retrouver des nuits sereines 

Un bon sommeil est un gage de sérénité et de forme. Une nuit réparatrice est essentielle pour aborder une nouvelle journée avec l’énergie nécessaire et en pleine possession de ses moyens.


Nos solutions produits pour contribuer à l'amélioration du sommeil